Le Breeder’s Crown, l’objectif ultime

October 25, 2019

Si au Québec les yeux se tournent vers les finales des Coupes, en Ontario sur les Super Finales, à travers l’Amérique, c’est vers les finales du Breeder’s Crown que tous les efforts sont axés. Et cette année, cela se passera aujourd’hui pour les quatre finales des 2 ans et demain pour les quatre finales des 3 ans, plus celles destinées aux chevaux âgés. Et c’est Mohawk qui accueille ces champions.

 

Les bourses cette année, sont plus alléchantes que jamais : entre 393 000$ et 786 000$, les variantes étant le fait des chevaux qui ont payé des suppléments particulièrement salés pour être des finales.

Quatre chevaux  en effet inéligibles ont osé la semaine dernière payer les suppléments : l’ambleur de 3 ans, Century Farroh et l’ambleuse de 3 ans Bodicea ont investi 62 500$ dans une finale pour laquelle ils n’ont pu se qualifier. Les deux étaient des champions en Ontario mais c’est vous dire le pas entre les Super Finales et les finales du Breeder’s Corwn. Southwind Ozzi  ( gagnant du Little Brow Jug ) a payé 62 500$ et il s’est qualifié pour la finale tout comme la jument trotteuse Custom Cantab qui, elle aussi sera de la finale après s’être qualifiée 3e samedi dernier.

 

Dexter Dunn

 

On connaît les talents des principaux conducteurs nord-américains qui sont, année après année, les vedettes des finales du Breeder’s Crown : Yannick Gingras, Tim Tetrick et David Miller. Cette année, il faudra y ajouter le nom de Dexter Dunn, le Néo-Zélandais qui a fait tourner bien des têtes samedi passé, avec six victoires dans les huit éliminatoires présentées. Toute une performance ! D’ailleurs Dunn se situe au 3e rang en Amérique avec ses 9.2M$ derrière Tim Tetrick 1er avec 13M$ et Yannick 2e à 10.4M$.

Et si vous croyez que le monsieur ne gagne qu’avec des favoris, sachez que trois des six gagnants de samedi dernier étaient cotés à 5/1, 6/1 et 7/1. C’est vous dire. Et pour des entraîneurs différents la plupart du temps.

 

Bold Eagle

 

Le trotteur européen a été invité à trois reprises à se présenter à la finale du Breeder’s Crown, et ce n’est que cette année que son agenda lui permet d’être enfin en Amérique. Il s’est plié comme les autres aux paiements dûs, son seul passe-droit étant de l’assurer d’une place en finale. Comme il n’y a pas eu d’éliminatoires pour l’Open Trot, il y sera de toute façon et avec la pôle.  La jument Atlanta sera aussi de la partie chez les mâles.

Bold Eagle, c’est la grande vedette du trot en Europe. Il a maintenant 6 ans et il a dores et déjà inscrit 45 victoires contre les meilleurs sur le vieux continent pour des gains excédant 5M$.  On le présente à juste titre comme le meilleur trotteur au monde. Inutile de dire qu’il ajoutera du piquant à l’épreuve qui devient, du seul fait de sa présence, une des épreuves de samedi qui sera la plus suivie. Comme son conducteur régulier ne peut se déplacer, l’honneur de le conduire reviendra à Brian Sears, qui sera aussi aux guides de McWicked. Imaginez si l’homme raflait les deux finales pour chevaux âgés !

 

Mcwicked

 

Si Bold Eagle a eu la chance de la pôle, dont on dit qu’elle n’est pas toujours facile à maîtriser à Mohawk, force est d’admettre que l’autre richissime  participant, chez les ambleurs, Mcwicked, aura l’ingrate tâche de surmonter la 8e position. Malgré l’absence de Lather’s Up, maintenant à la retraite, il demeure que l’Open Pace devrait réserver une course spécialement intéressante avec enfin Jimmy Freight décollant de la 2e position. This Is The Plan, le gagnant de notre dernier Prix d’Été a été encore plus mal servi avec la 10e position de départ. Ouf !

Quelles seront les épreuves qui vous intéresseront spécialement ? Que diriez-vous des 6e et 9e courses, réservées aux chevaux âgés ? Quel que soit votre choix, les programmes des deux soirées seront évidemment disponibles sur HPI ainsi que dans un salon de paris près de chez vous. Et que le spectacle commence !