Des éleveurs méritants

January 17, 2020

Pas d’éleveurs, pas de courses ! C’est le constat évident qu’il faut faire lorsqu’on songe à l’industrie des courses attelées. Ce sont eux qui prennent les risques, eux qui sondent les génétiques, eux qui absorbent les mauvais coups quand les poulains et pouliches ne parviennent pas à livrer la marchandise. Fort heureusement, le Québec a conservé au fil des ans des gens qui se sont investis dans l’élevage. Pour certains, comme Gaétan Bono, Guy Corbeil et Daniel Surprenant, 2019 aura été une grande année.

 

Gaétan Bono

 

La discrétion même, ce monsieur Bono. Toujours loin des caméras et des grands titres, il n’en continue pas moins année après année à investir dans l’élevage. Et ces dernières années, son élevage, avec l’acquisition du géniteur Justice Hall, a nettement pris l’orientation des trotteurs. Et avec succès. Chez nous, faut-il souligner les victoires consécutives à 2 et 3 ans dans les finales, de son trotteur Only For Justice, qui a chaque fois aura fait mentir les experts. En 2018 comme en 2019, c’est Cesar Duharas qu’un chacun voyait remporter la finale, mais en bout de ligne, ce furent des victoires pour le protégé de M. Bono.

Only For Justice et son conducteur attitré, Stéphane Brosseau

Bien servi par son entraîneur Dany Fontaine, Gaétan Bono produit chaque année un nombre respectable de protégés qui se signalent au Québec et aussi dans la province voisine. Only For Justice approche à lui seul les 300 000$ en carrière, tandis que la relève semble assurée par Intense Justice et Justice Society. Voici un éleveur qui ne démérite pas.

 

Guy Corbeil

 

Quelle année aura connue Guy Corbeil, l’éleveur !  Ses presque 200 000$ de gains ont pratiquement tous été amassés au Québec avec des chevaux qu’il réussit à envoyer aux courses avec succès. Deux finales cette année et qui s’annoncent porteuses pour les années à venir : celle des trotteurs de 2 ans avec Babidibou, celles des ambleurs de 2 ans, avec Eclat de Rire. C’est quasi un petit miracle de produire tant de champions avec un nombre relativement restreint de poulinières, mais de poulinières de qualité, faut-il le souligner.

Babidibou et Stéphane Gendron lors de la finale 2019 pour trotteurs de 2 ans

Le mérite de Guy ne s’arrête pas là en 2019, car les succès de son ancienne protégée, Cassandra Lecourt, lui sont en partie dus. Guy est en effet l’éleveur de Emotions Durables, de Esprit Dequipe, ce qui n’est pas peu dire. On parle donc de trois finales cette année, en plus des exploits durables de Capteur De Reve et de Lit De Rose.

 

Daniel Surprenant

 

Jaser avec Daniel, c’est reconnaître un homme de passion pour son élevage et pour les poulains et pouliches qu’il met en piste. S’ils ne sont pas vendus au prix demandé, il devient donc avec sa conjointe Guylaine, entraîneur ! Et en 2019, le duo s’est signalé avec la victoire de DGs De Vito chez les ambleurs de 3 ans, une classe très relevée cette année avec un peloton de choix qui comprenait Ashleysbest, HP Napoleon, Angers Bayama entre autres. La victoire de De Vito, coté à 8/1, était donc amplement méritée. Toujours dans la même ligne, la mère de DGs De Vito, DGs Tinkerbell était aussi un produit de l’élevage DGs.

DGs De Vito et Jonathan Lachance en pleine action à H3R

 

Victoire donc extrêmement émotive pour le clan Surprenant-Lachance, puisque De Vito a été élevé par Daniel, dompté par feu Mario et conduit en finale par Jonathan. Un des beaux moments de la saison 2019 à H3R.

 

En conclusion

 

Peu importe qui ralliera le vote des juges, chapeau à ces gens qui investissent encore de nos jours dans l’élevage et qui le font avec succès, ce qui en soi n’est pas une mince tâche. On saura demain qui gagnera, mais c’est l’élevage québécois qui sortira grandi.